Lancement de la saison 2019 pour la section cyclotourisme

13/02/2019

Suivez le blog de la section Cyclotourisme juste ici –> http://laroue.ensoleillee.over-blog.com/2019/02/lancement-de-la-saison-2019.html

« Comme chaque année, après nous y être préparés tout au long de l’hiver par des sorties plus douces, nous y arrivons enfin, la voilà, fidèle au rendez-vous du deuxième weekend de février : la première sortie à la journée ! Au cœur de l’hiver, elle annonce le retour des casse-croutes en commun et nous apporte une impression de printemps car nous savons que bien d’autres vont la suivre et nous amener jusqu’à l’été. Particulièrement cette année, où la pluie et les obligations personnelles ne nous obligeront plus à attendre plusieurs semaines la grande sortie suivante, puisqu’il y en aura une tous les samedis, à choisir selon ses possibilités et ses envies. Et les deux groupes longue sortie/courte sortie s’en trouveront aussi plus équilibrés.

Mais revenons à la sortie du jour : les Crêtes littorales, une de nos sorties permanentes qui, après les routes pittoresques du Beausset, la Cadière-d’Azur et Saint-Cyr-sur-Mer, et un agréable un pique-nique sur la plage des Lecques, nous permet de rallier Ciotat à Cassis dans un cadre panoramique et sportif. Bon, c’est ce qui est écrit sur le dépliant officiel, mais cette année le repas a été confié de façon impromptue aux professionnels de la restauration de la Ciotat. Il parait qu’on y mangerait mieux qu’à Saint Cyr ??

Et pourtant il faisait bon, il faisait beau, la plage sentait surement le sable chaud, alors que depuis plusieurs années cette sortie mythique était victime de la pluie ou du vent. Après le repas, l’air était quand même étonnamment froid mais avec toutes ces calories, nous ne risquions plus rien. Enfin, comme toujours, le retour se fit par la Gineste pour quelques-uns, par les fours à chaud pour la plupart.

Rendez-vous samedi pour le tour de l’Etang de Berre, un parcours plat et très bucolique comme son nom ne l’indique pas à ceux qui ne le connaissent que de réputation. Un parcours pour travailler en douceur l’endurance et qui en vaudrait la peine rien que pour la pause repas à Saint-Chamas. Pourvu que celle-là ne tombe pas en désuétude. »